Un prince à croquer Tome 1

Résumé : Cloîtré dans son château, un prince héritier rêve d’évasion mais sa mère lui réserve un autre avenir : épouser la richissime Glawdys. C’en est trop : il fugue. Destination Paris pour une nouvelle vie… Fraîchement débarqué, il rencontre la farouche Margot, une cuisinière de talent qui lui ouvre les portes d’un restaurant très prisé de la capitale… Une occasion qui risque fort de pimenter son existence !

Mon avis:  Je connaissais déjà Patricia Lyfoung grâce à La rose écarlate, et je m’attendais à quelque chose d’un peu enfantin avec cette série. Je me suis totalement trompée. Bien sûr que l’histoire n’est pas pleine de référence littéraire ou autre qui gênerait la compréhension des enfants, un enfant peut parfaitement la lire, mais même à quinze ans, on s’amuse. L’histoire était marrante au possible et les dessins sont super beau, comme toujours avec Patricia Lyfoung. La rencontre entre Margot – maniaque et accro du travail qui fait pleurer les garçons (au sens littéral du terme) – et Noa – de son vrai nom Nicolas Oscar André, jeune étourdi qui ne sait rien faire et qui veux à tout prix monter dans la Tour Eiffel – est magistrale. Margot, qui ne vit uniquement pour cuisiner va en voir de toutes les couleurs avec Noa, mais l’inverse est aussi vrai pour Noa et Margot.

Fraîche. Cette histoire est fraîche, elle nous fait respirer une grande bouffée de drôlerie. On se détend, et on se laisse emporter par les aventures de nos personnages. Les dessins de Paris sont charmant, on représente cette ville comme la capitale chic et pressée à la fois qu’elle est. On découvre un Paris raffiné, où se promène tous ceux qui veulent visiter cette ville pour son élégance. Bien sur le véritable Paris n’est pas comma ça, du moins pas partout, mais cela n’est pas grave car cette image de Paris se marie avec l’ambiance du livre générale. L’ambiance est géniale, je le dis et je le redis parce que c’est rare de trouver une ambiance drôle, légère et réaliste à la fois, malgré le fait qu’on parle d’un prince en fugue et donc d’une situation peu commune, je pense. Ceci aussi est un bon point dans ce livre parce que, après avoir accepter le fait qu’on parle d’un prince et donc de tout ce qui va avec ce livre reste plausible.

Ces deux personnages, chacun à leur manière, vivent déconnecter de la réalité, Margot en ne profitant pas de la vie et travaillant comme une dingue, Noa à cause de son éducation princière qui ne lui a rien appris de la vie du monde extérieur. Ils vont tous les deux devoir apprendre à vivre avec la réalité, bien qu’il reste énormément de chemin à la fin de ce tome et que cela se fait dans un océan d’humour. Leur duo est génial, parce que Margot est la définition même de l’indépendance et de la fille terre-à-terre qui ne fait de cadeaux à personne alors que Noa est la définition du rêveur acharné et de l’éternel optimiste. Et ces deux là ensemble nous font rire et lever les yeux au ciel tellement ils sont dans leur univers. Sans oublier que Margot doit apprendre beaucoup de chose à Noa qui ne sait rien à la vie quotidienne de Paris, ou même de la vie quotidienne générale. Elle lui apprend à faire la vaisselle, son lit et bien évidemment … la cuisine !  Bien que cela ne soit pas un franc succès la première fois. Mais je vous laisse découvrir cette histoire fabuleusement drôle.

Note: 4,5/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s